La création de l’univers

Lacreationdelunivers

La création de l’univers est un projet expérimental qui exploite la nature générative des arts imprimés et leur transposition en vidéo d’animation. Basé sur une série de 25 linogravures de petit format, ce projet s’est développé selon un processus inspiré de la Bibliothèque de Babel imaginée par Borges : une vaste bibliothèque contenant tous les livres possibles écrits au hasard à partir d’un alphabet de 25 caractères. Dans ce projet, j’identifie les matrices gravées aux caractères typographiques composant les livres de la bibliothèque – le motif des étoiles se prêtant à la démesure des possibilités. À l’image des livres anciens, imprimés par un assemblage de caractères de plomb sur une presse typographique, j’ai établi des processus combinatoires permettant d’imprimer toutes les estampes possibles à partir d’un « alphabet » de 25 matrices gravées, comme autant de vues par télescope d’un paysage spatial imaginaire.

À partir des 25 linogravures, 15 625 combinaisons de trois matrices sont possibles, en imprimant avec les couleurs primaires superposées dans l’ordre suivant : jaune, magenta et cyan. Au moyen d’une presse typographique, j’ai imprimé 1 250 estampes différentes parmi ces 15 625 combinaisons. Chaque matrice est numérotée et occupe une position précise dans une suite où le motif se transforme graduellement. La numérotation correspond aux matrices utilisées pour produire chaque estampe, attestant leur unicité et révélant le code de leur composition. En imprimant, la pensée de Dieu façonnant l’univers m’a traversé l’esprit. Je m’imaginais dans son rôle, combinant au hasard les éléments du tableau périodique, obtenant tantôt un assemblage viable, tantôt une série d’amalgames insignifiants — d’où le titre un peu moqueur : La création de l’univers.

Alignées selon l’ordre imposé par leur numérotation, les 1 250 estampes forment une installation murale qui révèle la progression graduelle de l’image et le rythme dans la succession des combinaisons. En reprenant les mêmes processus combinatoires, j’ai réalisé une vidéo d’animation qui déploie la transformation de l’image non pas dans l’espace, mais dans le temps – réunissant ainsi les 15 625 combinaisons dans une image en mouvement.

%d blogueurs aiment cette page :